Les sentinelles de l'ombre 1 : Le souffle de la Lune.

Cliquez pour agrandir l'image



Auteur : J.Arden
Editeur : Rebelle Editions, collection Lune de Sang
Parution : Octobre 2013
Pages : 488


RESUME :

Tout allait bien dans ma vie jusqu'à ce que je me transforme en loup devant une assemblée de vampires. Encore qu'il s'agit là d'un euphémisme, du genre capable de vous étouffer en moins de deux. Car s'il est de notoriété publique que les crocs et les poils ne font pas bon ménage, c'est encore pire quand vous êtes la fille de la reine du clan vampirique le plus rigide qui soit. Et je parle d'expérience… Bref. Munie d'un aller simple pour la meute paternelle, me voici partie pour San Francisco, à la découverte d'un monde où vampires et loups se côtoient. Appelons plutôt ça de la cohabitation forcée. Personne n'est prêt à voir sa vie chamboulée, et quand l'amour et des dieux censés avoir disparu s'en mêlent, laisser la bête me dévorer de l'intérieur devient de plus en plus tentant…

CHRONIQUE :

Lecture agréable mais sans plus pour ce premier tome qui souffre à mon goût de défauts importants.

Le Souffle de la Lune est un livre qui attire... Une couverture sublime signée Miesis, il me semble, une histoire sympathique qui attire. Une hybride Loup-Vampire, des dieux anciens issus de la mythologie égyptienne. Certes j'avais peur que le mélange dieux - loups/vampires soit tendancieux mais ça me tentait...

J'ai donc fait la connaissance de la princesse Anya, hybride de loup et de vampire, autant dire, à sa place nulle part... Elle s'en sortait pourtant dans le clan de sa mère, reine vampire, jusqu'à ce que son loup décide de se montrer et qu'elle se transforme en pleine réception....
Chassée de chez elle, voilà Anya en route pour San Francisco, direction la meute de son père dont elle ne connaît personne.... pas même ce dernier...

Son leitmotiv' : "rester éloignée du cimetière".

Bien que l'auteur ait tout fait pour nous rendre Anya attachante, je n'ai pas réussi à témoigner de l'affection à la princesse. A maintes occasions, je n'ai pas réussi à comprendre ses réactions. Evidemment, il a fallu qu'on se retrouve avec un dilemme : mon coeur balance entre un loup et un vampire... Humpf.
Kyle, le loup, m'a été insupportable, j'ai juste eu envie de le baffer un nombre incalculable de fois.
Aidan le vampire, en revanche.... Bon ma préférence a toujours été aux vampires, mais il n'empêche que pour moi, il est le personnage le plus réussi du roman. Attachant, drôle, classe et dangereux.

"J'avais peut-être tendance à voir le verre à moitié vide, mais c'était parce que j'avais toujours cette horrible sensation que quelqu'un s'amusait à boire dedans dès que j'avais le dos tourné. Comme si chaque sentiment que j'éprouvais, chaque certitude que j'avais et que je déposais dans ce verre, on me les arrachait pour le plaisir de faire dévaler sur mes joues des larmes de sang."

Outre les personnages, j'ai été fortement déçue par la tournure des événements. En effet je m'attendais à une lecture beaucoup plus tournée vers l'action. Hors ce n'est pas le cas, le roman se centrant sur le questionnement d'Anya, et la lutte intérieure entre elle et son loup (très drôle au passage). Même si ce point est loin d'être désagréable, puisque bien pensé et bien conté, le manque d'action m'a fait paraître ma lecture longue...
Autre petit point dérangeant ma lecture, le rôle des dieux. Un chapitre en tout début de roman nous plante quelques graines du décor, puis, durant une grosse partie de la lecture, on n'y voit plus de référence à tel point que je me demandais ce que ce chapitre été venu faire là. En revanche, au moment où l'auteure nous fait le lien entre les deux volets de l'intrigue, cela devient passionnant, les fils de l'intrigue étant très bien trouvés. Mais, car il y a toujours un mais, je reproche un gros manque de cohérence avec la mythologie égyptienne, à la quelle je m'intéresse de près. Sans dévoiler le comment ni le pourquoi, nous sommes confrontés, entre autres dieux, à Seth. Ici, Seth est présenté un peu comme un dieu des enfers... Alors certes, Seth était le plus fourbe des dieux égyptiens (il faut quand même être pas net pour découper son frère en 14 morceaux...), mais l'enfer n'existe pas en Egypte, Seth n'a pas de "royaume". Soit votre âme est bonne et vous allez aux Champs d'Ialou (le paradis), soit elle est mauvaise, et elle se fait détruire par la dévoreuse, fin de l'histoire. Donc j'avoue que le fait d'intégrer une sorte de royaume du mal, d'enfer dans le texte m'a profondément gênée.

En résumé, un livre avec ses qualités : une écriture très belle, fluide et poétique mais lente, une histoire originale, et ses défauts : un manque d'action, une incohérence vis à vis des références, un personnage principal peu attachant.

La fin nous offre en revanche un beau rebondissement, qui aura le don de mettre les nerfs d'Anya en pelote, et de nous ouvrir de nouveaux mystères... J.Arden a su titiller ma curiosité et m'inciter à me pencher sur la suite.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter


Site web créé avec Lauyan TOWebDernière mise à jour : dimanche 28 décembre 2014